A l'origine, un grognard oublié...

Situé au bord de la route départementale D1083, à une vingtaine de kilomètres de Bourg-en-Bresse (Ain, France), le petit cimetière de Villemotier renferme une curiosité longtemps délaissée : le mausolée d'un officier du 1er Empire qui fut aussi un fervent serviteur civil de l'Etat, puisque maire de son village pendant près de trente ans. Sur ce monument figurent les noms glorieux "d'Arcole, Léna, Eylau, Friedland, Madrid, Leipzick" (sic) ; mais aussi, fait plus rare, la Croix impériale de la Légion d'Honneur et la Médaille de Sainte-Hélène.

Serge Bouchet de Fareins, intrigué, entama des recherches sur le personnage enterré là : le chef de bataillon Claude JOURNET (1768-1861), officier de la Grande Armée.

Après avoir rédigé sa biographie, il décida de répertorier l'ensemble des personnages et des monuments napoléoniens du département de l'Ain. Pour ce faire, il s'entoura de compétences affirmées et créa avec elles le "Mérite Claude Journet & ses Compagnons" (M.C.J.C.) le 5 juin 1992.



Vue d'ensemble de la sépulture.



Détail de la tombe du chef de bataillon Claude JOURNET à Villemotier (Ain, France) après restauration portant feuilles d'acanthe, Croix de la Légion d'Honneur et édaille de Sainte-Hélène.



Epaulette de Claude JOURNET, collection particulière.